Lamont Releases St. Boniface Platform

July 11, 2018

WINNIPEG - Dougald Lamont, Leader of the Manitoba Liberal Party and candidate for MLA in St. Boniface, released the major policy planks of his St. Boniface platform today.

 

The commitments build on Lamont’s 2017 leadership platform - creating a Manitoba Business Development Bank, dismantling RHAs, and a study into rail relocation, as well as specific commitments to French language education and culture: restoring the Bureau de l’éducation française and making St. Boniface a creative “hub” for arts, culture, heritage and tourism, is an idea that came from the community, and it is by listening to and working with the people at the grassroots level that we will move forward.

 

“For St. Boniface voters, this by-election is your opportunity to elect a leader who shares your progressive values and will add strong new opposition to Pallister, right from the front bench in the legislature,” said Lamont. “The PCs and NDP want you to believe there is no other choice but them - and then we wonder why nothing ever seems to change. This by-election is a chance to prove that we can change Manitoba politics, right now.”

 

Lamont’s five major policy planks for St. Boniface are: 

 

- Creating Good Jobs and Strong Manitoba Businesses

 

There are many incredible entrepreneurs in Manitoba who want to build their businesses and create new jobs in Manitoba - what’s stopping them is a lack of available investment. Too many businesses have to rely on higher-interest loans, right at the time they are hiring and growing.

 

Our goal is to create a Manitoba Business Development Bank (MBDB), that will exist for one reason only - to help Manitoba businesses grow and create good Manitoba jobs.

 

The MBDB will be an entrepreneur’s bank, politically independent, that will provide Manitoba businesses with access to loans and investments of “patient money” to ensure long-term success.

 

The business could be app development, manufacturing, food processing, or tourism.

For St. Boniface, it means creating new jobs and business opportunities in French, as well as for young people and newcomers.

 

“The French language in Manitoba was suppressed for many decades. It has returned in education and government, and a Manitoba Business Development Bank will help build a French-language economy,” said Lamont

 

- Making St. Boniface a creative hub

 

For too long, governments in Manitoba have only paid lip service to an important and growing part of our economy - the creative sector, which generates billions in revenue, export and tourism for our province. Some arts and culture funding has been frozen for years and even decades.

 

As part of a larger commitment to the creative sector across Manitoba, we will commit to improving funding for tourism and creative infrastructure and programs, including designating St. Boniface as a creative hub, with the goal of making it the Western Canadian capital of French arts, culture and heritage.

 

“St. Boniface has an incredible heritage that makes it uniquely appealing for culture, arts, and heritage. Investing in the creative sector creates high-paying jobs - drives tourism - but most of all it feeds the soul,” said Lamont.

 

- French Language Education

 

At a time when the fastest growing enrolment is in French Immersion, and there is a shortage of teachers in French, the Pallister government has chosen to dismantle the Bureau de l’Éducation Française (BEF).

 

Pallister’s cuts to French education are a rollback of 50 years of progress. It is a denial of the principles on which Manitoba was founded, and of Canada’s constitutional commitment to two official languages.

 

As part of a larger commitment to renewing our education system to get better results for all of our children, from K-12 as well as post-secondary, we will work in consultation with the Division Scolaire Franco-Manitobaine (DSFM), parents and affected communities to restore and rebuild the BEF, following DSFM’s 94 recommendations.

 

“We need to have someone in charge of French education in Manitoba who can read and write French, and politicians who realize French education is not an “extra” or “duplication” - it is an asset and a strength for our province,” said Lamont. 

 

- Improving Local Healthcare in St. Boniface and across Manitoba

 

Manitoba’s health care system needs change - but it doesn’t need the cuts we’ve seen under the Pallister PCs.

 

The fundamental problem with Manitoba’s Health care system is that no one appears to be responsible for it. In the 1990s, the PCs created a third layer of health care bureaucracy - Regional Health Authorities (RHAs) - that appear unaccountable to anyone - doctors, patients, communities and Government. Under the NDP it grew, and the PCs are adding to it with the creation of yet another layer of bureaucracy - “Shared Services.”

 

All of this has happened as Pallister has been deleting nurses’ positions by the hundreds, closed ERs, urgent cares, Access centres, while there are still huge waiting lists for many treatments.

 

We will create networks of specialists to deliver care province-wide, based on specialty, as is the case with CancerCare. This will include the creation of a Brain & Mental Health Care specialization, which will provide specialized care to Manitobans in need, and extend the service of the heart specialization centre at St. Boniface Hospital to have service across the province.

 

The result will be better local control, better local access to health care at the community level while improving accountability and restoring responsibility where it belongs: with elected officials at the top, and local community input and control.

 

One of the fundamental reasons people are turned off politics is because no matter who gets elected, nothing seems to change and that no one is ever held to account when things go wrong. This is especially true in health care. RHAs were designed to let the PCs and NDP blame someone else for waste, mismanagement, cuts and privatization when it is all coming from the top. Pallister is forcing $100-million in cuts on the health care system but blames the RHAs for firing people.

 

“We will push to dissolve the RHAs, taking the three layers of bureaucracy to two. We will restore funding, oversight, provincial standards and bulk purchases and coordination to the Manitoba Government while returning administration to the local level - hospitals, health units and communities,” said Lamont.

 

- Rail Relocation for St. Boniface & Winnipeg

 

Every day in St Boniface and Manitoba, hundreds of railcars carrying hazardous materials travel past residential neighbourhoods - and the cost of infrastructure to work around rail is in the billions of dollars. Underpasses and overpasses can cost $300-500-million apiece.

 

It is time to pay for a plan that will analyze the savings, costs and benefits of:

- Relocating rail traffic

AND

-    Using the vacated rails as the basis for a commuter rail transit system

 

“In St. Boniface and across Winnipeg, we have an opportunity to create a 21st-century transportation system for people and freight that is safer, better for the economy, and better for the environment,” said Lamont

 

The full text of Lamont’s message to St. Boniface voters is available here:

 

https://www.ournewway.ca/

 

 

- 30 –

Media Contact:

Phone: (204) 318-3294 

Email: engagestb@manitobaliberals.ca

 

 

 

Lamont annonce son programme électoral en matière d’emploi, d’éducation, de santé et de culture pour Saint-Boniface

 

WINNIPEG – Dougald Lamont, chef du Parti libéral du Manitoba et candidat dans Saint-Boniface à l’Assemblé législative du Manitoba, a dévoilé aujourd’hui les principaux éléments de son programme électoral pour la circonscription.

Les engagements qui en font partie s’appuient sur certains éléments tirés de son programme de course à la direction du Parti libéral en 2017, à savoir créer une Banque de développement du Manitoba, dissoudre les offices régionaux de la santé pour que les collectivités aient un plus grand mot à dire sur les soins de santé et mener une étude sur le déplacement des installations ferroviaires. Le programme comprend également des engagements particuliers envers l’éducation et la culture françaises, soit de restaurer le Bureau de l’éducation française et de faire de Saint-Boniface un centre créatif des arts, de la culture, du patrimoine et du tourisme.

 

Selon M. Lamont, la majeure partie des politiques qu’il présente ont été proposées et développées à l’origine par les résidents de Saint-Boniface eux-mêmes.

 

Les recommandations sur le rétablissement de l’éducation française ont été faites par la Division Scolaire Franco-Manitobaine (DSFM). L’idée de désigner Saint-Boniface comme centre créatif a été développée lors de consultations communautaires proposées par le Centre Culturel Franco-Manitobain. Le déplacement des installations ferroviaires a été proposé par plusieurs résidents, allant des individus préoccupés par la santé et la sécurité jusqu’aux entreprises qui perdent des revenus à la suite d’interruptions de la circulation.

 

L’idée d’une Banque de développement du Manitoba confirme les multiples demandes des entrepreneurs et des chambres de commerce d’améliorer l’accès aux capitaux manitobains, notamment à Saint‑Boniface.

 

« Le gouvernement Pallister s’appuie énormément sur les recommandations de consultants coûteux de l’extérieur de la province qui peuvent recommander des réductions budgétaires en santé et en éducation sans y risquer leur peau, sans s’inquiéter de quoi que ce soit parce que ni eux ni leurs familles ne seront jamais touchés », a déclaré M. Lamont. « Ces idées ont été mises au point par la collectivité de Saint-Boniface dans l’intérêt des gens de Saint-Boniface. »

 

Les cinq principaux éléments du programme électoral de M. Lamont pour Saint-Boniface sont les suivants :

 

– Créer de bons emplois et des entreprises solides au Manitoba

 

Le Manitoba compte un grand nombre d’entrepreneurs formidables qui veulent développer leurs entreprises et créer de nouveaux emplois au Manitoba; ce qui les en empêche, c’est le manque d’investissements. Nombreuses sont les entreprises qui doivent compter sur des prêts à taux d’intérêt élevés au moment même où elles veulent recruter des employés en raison de leur croissance.

 

Notre objectif est de créer une Banque de développement du Manitoba (BDM) qui n’existera que pour une seule raison, soit de favoriser la croissance des entreprises manitobaines et de créer de bons emplois dans la province.

 

La BDM à l’intention des entrepreneurs sera indépendante sur le plan politique et permettra aux entreprises manitobaines d’obtenir des prêts et des investissements de capital « patients » pour assurer leur succès à long terme.

Il pourrait s’agir d’entreprises de développement d’applications, de fabrication, de transformation des aliments ou de tourisme. Pour Saint-Boniface, cela signifie la création de nouveaux emplois et de nouvelles possibilités d’affaires en français, ainsi que pour les jeunes et les nouveaux arrivants.

« La langue française a été interdite pendant plusieurs décennies au Manitoba. Puis elle est réapparue dans les domaines de l’éducation et du gouvernement. Une Banque de développement du Manitoba aidera à bâtir des entreprises solides dans tous les coins de la province, à créer de nouveaux emplois pour les nouveaux arrivants et les jeunes et à stimuler l’économie francophone. » – Dougald Lamont

 

– Faire de Saint-Boniface un centre créatif de culture et des arts

 

Pendant trop longtemps, les gouvernements du Manitoba ont offert beaucoup de belles paroles à l’égard d’un secteur important et croissant de notre économie, soit le secteur créatif qui contribue des milliards de dollars en revenus, en exportations et en tourisme à notre province. Dans certains cas, le financement dirigé vers les arts et la culture est gelé depuis des années, voire des décennies.


Dans le cadre d’un engagement plus important envers le secteur créatif dans tout le Manitoba, nous nous engagerons à améliorer le financement du tourisme et des infrastructures et programmes créatifs. Nous allons suivre les recommandations issues des consultations publiques menées par le Centre Culturel Franco-Manitobain et désigner Saint-Boniface comme centre créatif, dans le but d’en faire la capitale des arts, de la culture et du patrimoine en langue française pour l’Ouest canadien.

 

« L’idée que Saint-Boniface devienne un centre créatif est venue de la collectivité; c’est en écoutant les gens et en travaillant avec eux au niveau communautaire que nous réaliserons des progrès. »

 

 

 

« Saint-Boniface jouit d’un patrimoine extraordinaire qui le rend unique sur le plan culturel et artistique. Tout investissement dans le secteur créatif crée des emplois bien rémunérés et favorise le tourisme mais, avant tout, cela nourrit l’âme. »

 

– Éducation en langue française

 

À une époque où l’inscription à la plus forte croissance est en immersion française et où il existe une pénurie d’enseignants du français, le gouvernement Pallister a choisi d’anéantir le Bureau de l’éducation française (BEF).

 

Les compressions effectuées par Pallister en éducation française ont mis un terme à 50 ans de progrès. Il s’agit d’une négation des principes fondamentaux de la création du Manitoba et de l’engagement constitutionnel du Canada envers nos deux langues officielles.

Dans le cadre d’un engagement plus important à renouveler notre système d’éducation en vue d’obtenir de meilleurs résultats pour tous nos enfants, de la maternelle à la 12e année ainsi qu’au niveau postsecondaire, nous allons travailler en consultation avec la Division Scolaire Franco-Manitobaine (DSFM), les parents et les collectivités touchées pour restaurer et reconstruire le BEF, à partir des 94 recommandations de la DSFM.

 

« Il faut que la personne chargée de l’éducation française au Manitoba puisse lire et écrire le français; il nous faut aussi des politiciens qui comprennent que l’éducation française n’est pas un « extra » ou un « dédoublement », mais qu’il s’agit en effet d’un atout et d’une force pour notre province. »


– Améliorer les soins de santé localement à Saint-Boniface et à l’échelle de la province

Le système de soins de santé du Manitoba doit faire l’objet de changements, mais il ne doit pas être soumis aux réductions budgétaires que nous avons vécues sous le gouvernement conservateur de Pallister.

Le problème fondamental de notre système de soins de santé est que personne ne semble en être responsable. Dans les années 1990, les Conservateurs ont créé une troisième couche de bureaucratie des soins de santé – les offices régionaux de la santé (ORS) – qui semblent ne rendre des comptes à qui que ce soit – ni aux médecins, ni aux patients, ni aux collectivités et ni au gouvernement. Le gouvernement NPD a permis au système de se multiplier et les Conservateurs y ont ajouté par la création d’une autre couche de bureaucratie – les « Services partagés ».

 

Tout cela s’est produit alors que Pallister supprime des centaines de postes d’infirmières et qu’il ferme des salles d’urgence, des cliniques de soins urgents et des centres d’accès, alors qu’il y a encore d’interminables listes d’attente pour beaucoup de traitements.

Nous allons créer des réseaux de spécialistes pour dispenser des soins à l’échelle provinciale, selon la spécialité, comme dans le cas d’Action cancer Manitoba. Cette initiative comprendra l’établissement d’une spécialisation en soins de santé mentale et du cerveau, qui fournira des soins spécialisés aux Manitobains dans le besoin. Nous allons également étendre la portée du service du centre de spécialisation en cardiologie de l’Hôpital Saint-Boniface à la grandeur de la province.

Ces mesures donneront lieu à un meilleur contrôle sur le plan local et à un meilleur accès aux soins de santé pour la collectivité, tout en améliorant la responsabilisation et en la remettant à sa juste place – chez les représentants élus les plus hauts placés avec la participation et le contrôle de la collectivité locale.

« L’une des principales raisons de la désaffection des gens pour la politique, c’est que peu importe qui est élu, rien ne semble changer et personne n’est jamais tenu de répondre de ses actes quand les choses vont mal. Cela est particulièrement vrai dans le domaine des soins de santé. Les ORS ont été conçus de manière à permettre aux Conservateurs et au NPD de blâmer les autres pour le gaspillage, la mauvaise gestion, les compressions et la privatisation, même si ces directives viennent d’en haut. Pallister impose des réductions budgétaires de 100 millions de dollars au système de soins de santé, mais il blâme les ORS d’avoir congédié des gens.


 

Nous allons militer en faveur de la dissolution des ORS en vue de réduire les trois couches de bureaucratie à deux. Nous allons restaurer le financement, la surveillance, les normes provinciales, les achats en gros et la coordination au gouvernement du Manitoba, tout en remettant la gestion au niveau local – aux hôpitaux, aux unités de services de santé et aux collectivités. »

 

– Déplacement des installations ferroviaires à l’extérieur de Saint-Boniface et de Winnipeg

Tous les jours, des centaines de wagons transportant des matières dangereuses traversent les quartiers résidentiels du Manitoba, y compris Saint-Boniface; le coût des infrastructures nécessaires pour contourner les installations ferroviaires se chiffre en milliards de dollars. Les passages inférieurs et les passages supérieurs peuvent coûter de 300 à 500 millions de dollars chacun.

Le moment est venu de financer un plan qui analysera les économies, les coûts et les avantages :

–       du déplacement de la circulation ferroviaire, ET

–       de l’utilisation de la voie ferrée ainsi dégagée comme fondement d’un chemin de fer de banlieue.


« Nous avons aujourd’hui la possibilité de créer, à Saint-Boniface et à Winnipeg, un système de transport moderne pour assurer la circulation des personnes et des marchandises qui sera plus efficace, plus rentable et plus favorable à l’environnement. »

Le texte intégral du message de M. Lamont aux électeurs et électrices de Saint-Boniface se trouve ici :

 

https://www.ournewway.ca/

 

 

– 30 –

  • Facebook Social Icon
  • Twitter Social Icon
  • Instagram Social Icon

JOIN THE CONVERSATION: